The French Dispatch

Réalisateur : Wes Anderson
Scénario : Wes Anderson ; Roman Coppola ; Jason Schwartzman ; Hugo Guinness
Sortie : 2021
Acteurs : Timothée Chalamet ; Benicio Del Toro ; Frances McDormand ; Jeffrey Wright
Note du film : 3,5/5

A Ennui-sur-Blasé, la vie est un long fleuve tranquille. Pourtant, dans ce village pittoresque de France, le rédacteur en chef du French Dispatch est décédé. Cette revue mondialement connue se retrouve orpheline. Ses fidèles journalistes et rédacteurs rendent un dernier hommage à celui qui leur a offert un toit, un travail, un lieu pour exercer leur passion. Au travers de quatre fables, la magie du journalisme renait un dernier cours instant.  

 

Wes Anderson signe ici son dixième long métrage. Longtemps attendu, du fait de la pandémie, le réalisateur étasunien nous invite une énième fois à plonger dans son univers bigarré. Au delà de reprendre les gimmicks qui ont fait son succès (notamment la symétrie dans son cinéma) ; le metteur en scène pousse plus loin ses méthodes artistiques.

 

En effet, le spectacle visuel est au rendez-vous. Tour à tour, le film nous propose des scènes de théâtre filmées, des séquences animées, mais surtout, le passage du noir et blanc à la couleur. Le passé se dévoile par des teintes bicolores, tandis que la couleur représente le présent ou tout ce qui transcende la postérité. En somme, Wes Anderson se complait en poussant son savoir-faire jusqu’au-boutiste.

Ennui-sur-Blasé prend vie de façon spectaculaire. Le nom de cette ville – une sorte de Paris fantasmé – n’est qu’un titre artificiel. Au sein de cette contrée, tous les événements connus de la France s’y déroulent. Grâce au travail du maquettiste Simon Weisse (déjà à l’œuvre sur The Grand Budapest Hotel ; 2014), la ville est enveloppée d’un voile féerique. De même que les compositions d’Alexandre Desplat (tout particulièrement Kidnappers Lair) accompagnent le film pour nous offrir un voyage fantasmagorique.

 

Dans cette France idyllique, le réalisateur (aussi scénariste) revisite le travail de reporter. Cette revue franco-américaine est librement inspirée du New Yorker. Le spectateur devient alors ce lecteur assidu qui feuillette ces histoires anthologiques. Tous ces récits relatent les hauts faits de la culture française : des voyages, de l’art, de la gastronomie, des événements politiques. Ce dernier tableau historique nous renvoie à Mai 68 qui devient une révolution étudiante se déroulant en Mars 68.

Néanmoins, malgré l’escapade alléchante, on ressort de French Dispatch avec une certaine lourdeur. Certaines aventures sont supérieures à d’autres et le fil rouge narratif est rapidement oublié ; pour ne revenir qu’à la fin, avec l’impression qu’on a loupé un segment de l’histoire. Le plus difficile à accepter, ce sont les longues tirades des narrateurs – trop verbeuses et digressant constamment.

 

Malgré ce scénario à « tiroirs », l’œuvre gagne en majesté par son casting doré. Enormément de comédien.nes de renom se retrouvent dans ce long métrage. L’un après l’autre, Benicio del Toro, Tilda Swinton, Timothée Chalamet, et bien d’autres grands noms du cinéma (étasunien et français) brillent dans ce film. Malgré l’avalanche d’acteur.trices, leur prestation reste tout de même de courte durée. Précipitamment, une histoire est enchainée par une autre – nous laissant parfois un goût amer.  

Même si l’œuvre règne en splendeur visuellement, ce dernier long métrage n’atteint pas les sommets de ses prédécesseurs (The Grand Budapest Hotel (2014) ; L’île aux chiens (2018). Cela est peut-être dû à un scénario trop chargé, en digressions et/ou en références. Finalement, l’esthétique est bien là mais l’aventure est lacunaire. Ce film chorale laisse doucement place à une odyssée de sketchs. Les amoureux de Wes Anderson seront au rendez-vous mais ses détracteurs pourront se réjouir de ce résultat.

Alexandre

Partager cette critique

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les dernières critiques

Actualité

Obi-Wan Kenobi

Après la chute de la République et la montée de l’Empire, un ermite jedi désabusé lutte avec sa foi brisée. Alors qu’il retrouve peu à

Lire la suite

Découvrez notre dernière critique